Blason de SaasenheimAvril 2013Blason de la région Alsace


Accueil
Remonter

 

 

Le Conseil unique d’Alsace (suite et fin provisoire du feuilleton)

Les urnes ont rendu leur verdict le 7 avril. Le Haut-Rhin massivement, le Bas-Rhin par manque de motivation, ont rejeté le projet de fusion des trois collectivités territoriales qui leur était proposé.

Les raisons de cet échec peuvent être regroupées autour de trois thématiques :

-          la complexité de la démarche : un éventuel oui au référendum doit être soumis à l’assemblée nationale pour accord et sa mise en œuvre est ensuite du ressort des services de l’Etat, en ce qui concerne le fonctionnement et l’organisation de la future collectivité. D’où la grande difficulté, voire l’impossibilité des promoteurs du projet d’en expliquer les détails durant la campagne,

-          l’impression d’avoir assisté à une sorte de marchandage pour rallier les exécutifs des collectivités territoriales au projet. Je te donne une assemblée ou une commission en échange d’un oui au référendum. Alors qu’on voulait améliorer l’organisation territoriale de l’Alsace, on a assisté à un déménagement du territoire,

-          l’absence de réflexion à long terme sur la place de l’Alsace dans le Rhin supérieur, l’Europe et le monde. Cette projection dans l’avenir a laissé la place à une querelle de préséance entre les différentes composantes de la région, visiblement incapables de trouver les synergies nécessaires pour parler d’une seule voix.

Est-ce à dire que tout est perdu pour de nombreuses années ? Je crois plutôt que nous avons laissé passer le TGV d’une réforme de grande ampleur qui devait se présenter comme un électrochoc, mais qu’il nous reste les TER d’améliorations pragmatiques du système actuel pour optimiser l’administration de l’Alsace. La loi, bien qu’imparfaite, donne la possibilité aux collectivités territoriales, d’aller plus loin dans la prise de responsabilités. Le développement économique, le tourisme, les grands projets structurants, les transports dans leur ensemble, peuvent être coordonnés au niveau régional, seul échelon pertinent pour trouver des partenaires. La vie des communes, entièrement rythmée par les services de l’Etat, trop éloignés des préoccupations de nos citoyens pour certains domaines de la vie courante, doit devenir la priorité de nos élus régionaux.

Mais pour cela, il faut une autre conception de la gouvernance qui privilégie la notion de solidarité entre territoires plutôt que l’approche de propriétaire qui a encore cours à l’heure actuelle. Tout le monde doit balayer devant sa porte, depuis les élus qui sont fiers d’avoir fait supporter une réalisation de prestige au profit de leur seule commune par l’intercommunalité, jusqu’à la métropole qui se désintéresse du maillage des transports qui la lie à son arrière-pays rural. Les études existent pour un développement harmonieux de la région mais la personnalisation du pouvoir donne souvent la priorité aux réalisations à court terme… susceptibles de donner lieu à une inauguration où le porteur du projet peut être encensé.

Le salut ne peut venir que de la notion de service, revisitée à l’aune d’une approche moderne de la vie en commun. C’est un chemin ardu qui demande beaucoup d’humilité pour accumuler les savoirs, savoirs-faires et savoirs-êtres nécessaires à la prise de décision. C’est peut-être cela que les électeurs alsaciens ont voulu rappeler à leurs élus le 7 avril.

Votre maire

Norbert Lombard

 


Accueil | Mairie | Jumelage | Plan du village | Associations | Vie du village | Saasenheim pratique | Patrimoine | Tourisme | Calendrier | Archives éditorial | Copyright

 Copyright Site de Saasenheim 2008
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à [Webmaster].
Dernière mise à jour le : 28 février 2017.

Site hébergé par 1and1.fr